Psychiatre ou psychologue ?

La différence fondamentale entre un psychiatre et un psychologue réside dans le fait que l’un a suivi des études de médecine, complétées par une spécialité, tandis que l’autre a suivi un cursus de cinq années d’études en psychologie qui ont abouti à l’obtention d’un master en psychologie clinique.

Le psychiatre

Le  médecin psychiatre a suivi un cursus de spécialité après l’obtention de son diplôme d’État de docteur en médecine.

Certains médecins, comme le docteur Émile Henneguelle, qui a exercé au Mans, obtiennent un diplôme de Santé Publique, comme celui délivré par l’Université Pierre et Marie Curie à Paris VIe.

Cette spécialité lui permet de diagnostiquer la maladie mentale chez des sujets présentant des signes de souffrance psychique. Au centre de son travail se trouve l’écoute qui lui permet, à travers les dires de son patient, de repérer certains événements de sa vie d’enfant, d’adolescent ou d’adulte qui ont eu comme conséquences de provoquer des failles narcissiques souvent à l’origine de ces troubles.

Étant parfaitement formé à la médecine et titulaire d’un diplôme reconnu par l’État, il est en mesure de prescrire des médicaments (psychotropes, antidépresseurs, neuroleptiques…) et donc de délivrer des ordonnances. Pour ce faire, il procède comme le fait un médecin généraliste. C’est au cours d’entretiens répétés avec son patient qu’il peut établir un diagnostic avec précision, tout comme il le ferait pour une maladie somatique, c’est-à-dire une maladie en rapport avec la partie physique de l’individu.

La plus longue partie du cursus d’un médecin psychiatre est celle qui correspond à sa formation de médecin généraliste, car ce n’est qu’au terme de six années d’études que l’étudiant peut choisir sa spécialité. Il obtiendra, à la fin de son parcours, un diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC), dans le domaine qu’il a choisi, en l’occurrence ici la psychiatrie.

C’est ce diplôme d’études spécialisées complémentaires qui va déterminer le champ dans lequel le médecin est le plus apte à exercer, ce qui fut le cas pour le docteur Émile Henneguelle qui a choisi de se spécialiser en santé mentale.

Le psychologue

Le psychologue, tout comme le psychiatre, doit savoir écouter le sujet qui se présente devant lui, soit individuellement, soit en groupe. En effet, les psychologues interviennent souvent dans des groupes de paroles (comme ceux qui sont destinés à des personnes souffrant d’une addiction, d’une phobie…).

Tout comme le psychiatre, il peut avoir dans sa patientèle des enfants, des adolescents ou des adultes. Il peut être amené à les enjoindre à consulter un psychiatre, particulièrement dans le cas de personnes présentant des troubles psychotiques, car ces patients font souvent l’objet d’une prise en charge médicamenteuse.

Si nécessaire, le psychologue travaille en collaboration avec des psychiatres. Ainsi, lorsqu’il détecte, au cours des entretiens avec un sujet, que celui-ci doit consulter un psychiatre, il lui est alors aisé de faire suivre à un confrère le diagnostic qu’il a déjà établi pour une prise en charge dans les meilleures conditions.

Psychologue et psychiatre sont deux professions qui ont le point commun de s’intéresser à la santé mentale. Ils sont complémentaires, particulièrement dans le cas des névroses. Le sujet plus délicat des psychoses est généralement le domaine « réservé » des psychiatres. Les sujets psychotiques ont souvent besoin d’être hospitalisés et de suivre un traitement parfaitement adapté à leur pathologie. Cela nécessite l’intervention d’un médecin dont la formation, particulièrement en pharmacologie, est indispensable à la bonne maîtrise des médications à prescrire, ce qui se rapporte à la compétence du psychiatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *